séminaires professeur invité chaire des Amériques IDA-Rennes, M. Ranalletti, janv.-févr. 2016

De la violence étatique à la violence extrême.
La fabrication des bourreaux et les crimes de masses dans une approche comparatiste (Balkans, Argentine, Indonésie)

Responsable : Mario RANALLETTI (Universidad Nacional de Tres de Febrero, Buenos Aires, Argentine), 4 séances de 3 heures, 9h15-12h15
Vendredi 15/01 en G12 ;
Vendredi 22/01 ; 29/01 et 01/02 en E 423

Argumentaire

Pour prolonger la réflexion menée au cours des dernières années sur la violence extrême et ses modes d’exécution par les États, le cours propose d’envisager le sujet sous l’angle des études sur les nouvelles formes de guerre et la mise en œuvre du pouvoir de coercition par certains gouvernements à l’encontre de populations civiles et les paramilitaires. Depuis quelques années, nous étudions comment un professionnel –de la guerre, ou de la sécurité- devient un tortionnaire. Pour essayer de comprendre ce processus, nous proposons une approche comparatiste et multidisciplinaire de certains cas de violences et de crimes de masse. Il s’agit aussi de se pencher sur la question de la violence extrême et le recours qui y est fait par des agents étatiques et non-étatiques, dans le but de contrecarrer une menace préalablement définie comme altérité négative.

Au cours de nos séances, nous retracerons le parcours du bourreau, de sa « fabrication » jusqu’au déclenchement du passage à l’acte de la violence extrême. Pour exposer et discuter de ces problématiques, nous allons proposer des lectures à chaque séance, et accompagnerons les cours d’extraits de films de fiction pour essayer de comprendre cette barbarie, suivant ainsi ce qui a été proposé par Jacques Sémelin.

PROGRAMME Séance n° 1 : La fabrique du bourreau : de l’imaginaire à l’acte

Au cours de cette première séance, nous aborderons les problématiques suivantes :

  • –  Endoctrinement et fabrication d’un imaginaire de la destruction avant le passage à l’acte de la violence extrême.

  • –  Approche cognitive, ethnopsychiatre et historienne sur la violence extrême

  • –  Imaginaire et logique délirante de la violence extrême. Études de cas : 1) « Arkan », du foot à la mafia, en passant par le crime de masse (1991-1995) ; 2) « La Cité catholique » et le « crime de révolution » en Argentine (1966-1975) ; 3) Les profs de Lycée et la mémoire du massacre des communistes indonésiens de 1965-1966 (2014).

    Bibliographie
    A lire pour la séance
    Bandura, A. (1999). Moral disengagement in the perpetration of inhumanities. Personality and social psychology review, 3(3), 193-209. Sémelin, J. (2005). Purifier et détruire. Usages politiques des massacres et génocides (Paris: Seuil, 2005), chapitre 1.

    Projection (extraits)
    The Act of Killing
    (Joshua Oppenheimer, 2012).
    The Look of Silence (Joshua Oppenheimer, 2015). Loin des hommes (David Oelhoffen, 2015).

Séance n° 2 : Les bourreaux dans l’État

Au cours de cette deuxième séance, nous aborderons les problématiques suivantes :

  • –  Engrenage de la violence.

  • –  Perte de contrôle du pouvoir de coercition par les États : paramilitarisme, « escadrons de la mort » et autonomisation opérationnelle des bourreaux : problèmes de définition.

    Études de cas : massacres dans le cadre de la campagne serbo-croate contre l’indépendance de la Bosnie-Herzégovine (1991-1995).

    Bibliographie
    A lire pour la séance
    Alvarez, A. (2006). Militias and genocide. War Crimes Genocide & Crimes against Human, 2, 1, pp. 1-33. Sémelin, J. (2002). Du massacre au processus génocidaire. Revue Internationale des Sciences Sociales, (174), 483-492.

    Séance n° 3 : Transferts culturels entre les guerres de décolonisation et l’Amérique latine dans la Guerre froide

    Au cours de cette troisième séance, nous aborderons les sujets suivants :

    • –  Circulation de savoirs, réception et adaptation de la « doctrine de la guerre révolutionnaire » en Argentine, 1954-1966.

    • –  Paris-Alger-Madrid-Buenos Aires : des allers-retours et des passerelles.

    • –  Les militaires argentins : de la défense nationale à la répression clandestine.

      Bibliographie

      A lire pour la séance
      Ranalletti, M. (2010). Aux origines du terrorisme d’État en Argentine: Les influences françaises dans la formation des militaires argentins (1955-1976). Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 45-56. Projection (extraits)

      Escadrons de la mort. L’École française (Robin, 2003).

    Séance n° 4 : Guerre, terrorisme et violence extrême au présent

    Lors de la dernière séance, nous conclurons avec les sujets suivants :

      • –  Qu’est-ce que c’est une guerre aujourd’hui.

      • –  Problèmes de définition : guerre non-conventionnelle ; guerre asymétrique ; guerre contre le terrorisme.

      • –  Les mutations du fait guerrier et des combats.

Bibliographie

A lire pour la séance Münkler, Herfried (2003). The wars of the 21st century. Revue Internationale de la Croix- Rouge/International Review of the Red Cross, 85, pp 7-22. Wieviorka, Michel, Nous ne sommes pas « en guerre », La Tribune, 16/11/2015, http://acteursdeleconomie.latribune.fr/debats/opinion/2015-11-16/nous-ne-sommes-pas-en- guerre.html

RANALLETTI flyer