Séminaire S2, Claudia Rosas

Programme résumé des séminaires de Claudia ROSAS LAURO

Les peurs collectives dans les Révolutions Atlantiques

entre la fin du XVIII et le début du XIXe.

Programme: Master Histoire et Relations Internationales et Interculturelles
Cours:
Histoire comparée
Responsable:
Claudia Rosas Lauro (Pontificia Universidad Católica del Perú)
Résumé : L’objectif de ce cours est d’analyser le rôle des peurs dans les Révolutions Atlantiques entre la fin du XVIII et le début de XIXe: l’Indépendance des États-Unis, la Révolution française de 1789, la Révolution haïtienne et les processus d’indépendance ibéroaméricains.

Le fil conducteur de l’analyse sont les craintes collectives qui se situent dans le sillage des Révolution Atlantiques, ce qui permet d’établir des liens entre elles, non seulement dans la perspective de l’histoire comparée mais aussi de l’histoire connecté. Il s’agit d’une période privilégié pour observer la circulation d’idées, de personnes, d’objets, mais aussi une circulation de craintes, de peurs. Celles-ci se sont diffusées à partir de la circulation de l’information mais aussi des rumeurs, grâce aux divers canaux de communication, grâce au dynamisme des espaces de sociabilité et à la formation de l’opinion publique.

Dans ce contexte, la peur de la révolution a cristallisé, dans de nombreux cas, les peurs concernant l’inversion de l’ordre social (esclaves noirs, indigènes, secteurs populaires, etc.) les nouvelles idées, l’athéisme ou les expériences nouvelles comme celles de France et Haïti.

L’étude historique de la peur est important pour trois raisons fondamentales: d’une part il s’agit d’un élément omniprésent dans l’histoire car l’homme est en dialogue constant avec la peur tout au long de l’histoire. D’autre part l’analyse de la peur nous permet de comprendre l’homme non seulement dans sa dimension politique, sociale, économique mais aussi au niveau des mentalités et de la culture. Cette approche nous permet de comprendre les sociétés dans leur complexité. Il est évident enfin que les réflexions sur ce thème ont pris une dimension sociale croissante aussi bien au niveau international qu’au niveau national. Depuis les attentats de New-York en septembre 2011 ou depuis le terrorisme international que provoquent les exactions de Dahesh, la peur globalisée du terrorisme est devenue plus aiguë. Notre proposition est donc de lire ce sentiment au niveau collectif aussi bien dans le passé que dans le présent.

La peur comme objet d’étude de l’histoire est un thème important mais jusqu’à il y a peu cette thématique n’avait pas suscité un intérêt particulier de la part des historiens. Le thème avait été abordé de façon tangentielle mais il n’existait pas une approche intégrale et systématique du phénomène d’un point de vue historique. En ce sens l’œuvre de l’historien français Jean Delumeau, La peur en Occident, est la première qui propose une systématisation de l’étude de la peur dans l’histoire. L’œuvre de Delumeau, professeur de l’université Rennes 2 propose des lectures d’une grande actualité non seulement pour étudier le passé, mais aussi pour mieux comprendre l’histoire du temps présent.

Pour ce cours nous avons choisi l’époque des Révolutions Atlantiques comme laboratoire pour l’analyse de phénomènes importants.

Nous proposons le schéma suivant:

1. La peur dans l’histoire. Bases théoriques et méthodologiques pour son étude.

  • La peur comme objet d’étude en histoire

  • L’importance de l’étude historique de la peur

  • La découverte historiographique de la peur. L’apport de Jean Delumeau

  • Définition de la peur et ses niveaux d’expression. Une perspective pluridisciplinaire

  • Typologie des peurs collectives et approche historique

2. Les Révolutions commentées. La circulation de l’information, les processus de communication et la formation de l’opinion publique.

  • La diffusion des peurs dans les Révolutions Atlantiques: essai d’histoire comparée et connectée.

  • Les mécanismes de propagation des peurs collectives générés par la Révolution française de 1789 et la Révolution haïtienne.

  • Circuits de communication, espaces de sociabilité, et journalisme moderne dans les révolutions ibéroaméricaines. Le rôle des rumeurs dans la propagation des peurs.

  • La construction de l’opinion publique et la globalisation de l’information.

3. Un cadre dantesque. La fabrication de l’image de la révolution et la généalogie des discours contre-révolutionnaires.

  • Les critères fondamentaux dans la fabrication de la représentation des révolutions et des discours contre-révolutionnaires. Analyse et relations avec les peurs collectives.

  • Usages et abus du pouvoir: l’instrumentalisation de la peur de la révolution dans la Révolution française, la Révolution haïtienne et les processus d’indépendance ibéroaméricains.

4. La construction des imaginaires de la peur des Révolutions Atlantiques

  • Analyse des peurs collectives et Révolutions.

  • Études de cas d’histoires connectées: la Révolution française de 1789, la Révolution haïtienne et les Révolutions ibéroaméricaines.

Bibliographie succincte:

CHUST, Manuel e Ivana FRASQUET
2013
Tiempos de revolución. Comprender las revoluciones ibearoamericanas. Madrid: Fundación MAPFRE-Taurus.

DELUMEAU, Jean
-1978
La peur en Occident. París: Fayard.
-1981 “Une enquête historiographique sur la peur: vers quoi? Pour-quoi? Comment?”, en
L’Histoire et ses Méthodes. Lille: Presses Universitaires de Lille, pp. 29-40.
-1983
La péché et la peur. La culpabilisation en Occident, XIII-XVIII. Paris: Fayard, 1983.
-1989
Rassurer et proteger: le sentiment de securité dans l’autrefois. París: Fayard.
-1996 “La religión y el sentimiento de seguridad en las sociedades de antaño”, en
Historiografía francesa. México: CEMCA-CIESAS-UIA-UNAM, pp. 17-35.-
-2002a “Miedos de ayer y hoy”, en
El Miedo. Reflexiones sobre su dimensión social y cultural. Medellín: Corporación Región, pp. 9-21.
-2002b “’Seguridad’: historia de una palabra y de un concepto”, en
El Miedo. Reflexiones sobre su dimensión social y cultural. Medellín: Corporación Región, pp. 71-82.

GÓMEZ, Alejandro
2013
Le spectre de la Révolution Noire. L´impact de la Révolution Haitienne dans le mande Atlantique, 1790-1886. Rennes: Presses Universitaires de Rennes.

RODRIGUES, José Damiâo (coord.)
2012
O Atlántico Revolucionário. Circulacaon de ideas e de elites no final do Antigo Regime. Lisboa: CHAM.

ROSAS LAURO, Claudia
-2005 (editora).
El miedo en el Perú. Siglos XVI a XX. Lima: Pontificia Universidad Católica del Perú-Seminario Interdisciplinario de Estudios Andinos.
-2006
Del trono a la guillotina. El impacto de la Revolución Francesa en el Perú (1789-1808). Lima: Pontificia Universidad Católica del Perú-Instituto Francés de Estudios Andinos-Embajada de Francia.
2008 (con José Ragas). Marianne dans les Andes. L’impact de las révolutiones françaises au Peróu, 1789-1968. París: Mare & Martin.
-2009 (editora).
El odio y el perdón en el Perú. Siglos XVI al XXI. Lima: Pontificia Universidad Católica del Perú-Sociedad Peruana de Psicoanálisis.

SOLE, Jacques
2005
Les révolutions de la fin du XVIII siècle aux Amériques et en Europe (1773-1804). París: Éditions du Seuil.

Claudia Rosas Lauro
Docteure en Histoire de l’Université de Florence et diplômée du Master en Histoire de l’Université Catholique du Pérou (Pontificia Universidad Católica del Perú-PUCP), Claudia Rosas Lauro est Professeur des universités, responsable du Département d’Histoire (Faculté des Lettres et Sciences Humaines, PUCP)
et membre de l’Institut Riva-Agüero. Sa recherche est centrée sur l’impact de la Révolution Française au Pérou, domaine dans lequel elle a publié Del trono a la guillotina. El impacto de la Revolución Francesa en el Perú, 1789-1808 paru à Lima en 2006 (Institut Français d’études andines/ Ambassade de France au Pérou) avec un prologue de Michel Vovelle et Marianne dans les Andes. L’impact des révolutions françaises au Pérou, 1789-1968 (Paris, Mare et Martin, 2008) co-écrit avec José Ragas. Elle a aussi réuni et publié les travaux suivants : El miedo en el Perú. Siglos XVI al XX (2005), El odio y el perdón en el Perú. Siglos XVI al XXI (2009), “Nosotros también somos peruanos”. La marginación en el Perú. Siglos XVI a XXI (2011), Reducciones: La concentración forzada de las poblaciones indígenas en el virreinato del Perú (Lima, PUCP-Museo Nacional de Etnología, Japón) et La Ilustración en Iberoamérica. Pablo de Olavide y su tiempo (Lima: PUCP-UPO-IFEA).

Elle est également l’auteur de chapitres d’ouvrages et d’articles – publiés dans des revues péruviennes et étrangères – sur l’histoire péruvienne à l’époque des Bourbons et des Indépendances centrés sur la presse, l’opinion publique et la culture politique, l’image de la femme et le discours des Lumières. À présent, elle participe au projet de recherche “War and Nation: identity and the process of state-building in South America (1800-1840)” à l’Université du Kent en Angleterre.

Email : crosas@pucp.edu.pe

Publications de Claudia ROSAS disponibles en ligne:
-Del trono a la guillotina. El impacto de la Revolución Francesa en el Perú (1789-1808). Con prólogo de Michel Vovelle. Lima: Pontificia Universidad Católica del Perú-Instituto Francés de Estudios Andinos-Embajada de Francia, 2006.
http://books.openedition.org/ifea/592

El miedo en el Perú. Siglos XVI a XX. Lima:  PUCP, 2005,
pdf disponible à la bibliothèque de la PUCP
http://biblioteca.pucp.edu.pe/